Publié le 9 janvier 2021 Mis à jour le 18 février 2021
le 11 janvier 2021

Chloé GORA, responsable contentieux et Crédit Manager au sein d’une entreprise de transport de la région lyonnaise, ancienne étudiante du M2 Droit des transports et de la logistique a bien voulu répondre à quelques questions.


Quel est votre cursus ?

Ayant toujours été attirée par le monde de l’entreprise et le domaine juridique et économique, j’ai obtenu un baccalauréat STG. Je me suis ensuite orientée vers la faculté de droit Julie-Victoire Daubié de l’Université Lumière Lyon 2 où j’ai réalisé tout mon cursus. Après une licence en droit (parcours droit privé), je me suis orientée vers un Master 1 droit des affaires.
À l’issue de ce Master 1, j’ai intégré le Master 2 Droit des Transports et de la Logistique dirigé par Madame BON-GARCIN.

Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Je n’ai pas réellement choisi mes métiers, l’évolution vers ces postes s’est faite au fil des années. À l’issue de mon stage de fin d’étude j’ai été embauchée en tant que juriste assurances/litiges au sein de mon entreprise actuelle. Après quelques années, j’ai évolué vers les postes de responsable contentieux et crédit manager. Ces derniers me permettent de ne pas avoir de routine dans mon quotidien, car les tâches sont variées. Cela me permet d’avoir une vision juridique mais également commerciale et financière de l’entreprise et plus précisément du monde du transport.

En quoi consiste votre travail ?

Mon travail consiste à limiter le risque financier de l’entreprise et à contribuer à l’amélioration de notre trésorerie en réduisant les délais de règlement des clients et les impayés.
Le travail commence en amont, en faisant des enquêtes sur les nouveaux clients, pour déterminer la solvabilité de ces derniers. Ces enquêtes sont ensuite renouvelées durant toute la durée des relations commerciales.

Mon travail consiste à suivre la santé financière des clients de l’entreprise, à vérifier que ces derniers respectent bien les délais de paiement convenus. Pour cela, j’encadre la facturation en déterminant un encours maximal autorisé sur une société.

Si malgré tout le/la client.e présente des défaillances, mon poste de responsable contentieux prend le relais en mettant tout en œuvre pour recouvrer nos créances, en allant jusqu’à l’assignation devant les Tribunaux de commerce. Dans ce cadre, je fais appel à d’autres professionnels du droit et du crédit management : assureurs crédit, avocats, et des huissiers de justice.

Je m’occupe également de la gestion des procédures collectives, des assurances crédits et de diverses tâches juridiques telles que les contrats, les conditions générales de ventes….

J’ai enfin pour mission de conseiller la direction de la société sur les risques juridiques que peut engendrer une décision commerciale.

À quoi ressemble une journée type ?

Chaque matinée débute en vérifiant les encaissements reçus la veille, puis, en faisant un tour d’horizon des alertes financières survenues sur nos client.es.
Le reste de la journée varie en fonction des demandes des agences de la société, de l’évolution des dossiers….

Quelles compétences avez-vous acquises pendant votre cursus ?

Durant mon cursus, j’ai acquis les compétences juridiques nécessaires à l’exercice de mon métier, notamment en matière de droit des transports qui est une branche spécifique du droit. La formation au sein de la faculté m’a appris à organiser ma réflexion, à effectuer des recherches efficaces ce qui est indispensable à tout juriste.

Lors de mon Master 2, ma promotion a eu l’opportunité d’assister au 10ème symposium des juristes à Genève, organisé par l’IRU. Il s’agissait d’une conférence internationale regroupant plusieurs acteurs et actrices de la chaine transport et logistique au niveau international. C’était une journée impressionnante en tant qu’étudiante, mais également très enrichissante, tant par le contenu de la conférence, que par les échanges informels que nous avons pu avoir avec les professionnel.les du monde du transport. Cet évènement m'a particulièrement marqué.

Quels sont les savoir être et savoir-faire nécessaires à l'exercice de votre métier ?

Pour exercer mon métier il est indispensable de savoir synthétiser et vulgariser son discours juridique en fonction de son interlocuteur.
En effet, je peux aussi bien m’adresser à un.e professionnel.le du droit tel qu’un.e avocat.e ou un huissier de justice qui comprendra mes dires, qu’à un.e client.e ou un.e salarié.e de l’entreprise pour qui le langage juridique est inconnu.

Il est important d’agir avec tact et diplomatie afin de ne pas braquer un client et éviter une procédure judiciaire. Il est aussi nécessaire d’avoir un esprit d’analyse critique, afin de limiter les risques encourus par l’entreprise.

Concernant le savoir-faire, il est indispensable de connaître les procédures judiciaires et notamment celles se rattachant au domaine du transport. Il est également primordial de savoir lire un bilan et savoir rédiger un courrier.


Quels conseils donneriez-vous à des futur.es étudiant.es ?

Investissez-vous dans votre formation !

Je conseille aux primo-entrant.es de s’investir dans leur formation. Les études en droit peuvent paraître complexes et floues à certains égards. Il est important que les étudiants et étudiantes ne se démoralisent pas et donnent le meilleur d’eux/elles-même.

Concernant les étudiant.es qui suivent la même formation, il est important qu’ils/elles prennent tous les conseils que leur donnent leurs intervenant.es et qu’ils aient bien conscience que le monde de l’entreprise est très différent de celui de l’université. Il est primordial que dès leur stage ils/elles comprennent que l’entreprise a des intérêts commerciaux qui parfois peuvent se heurter à l’application du droit.
 


 

Informations pratiques