Publié le 7 juillet 2020 Mis à jour le 7 juillet 2020
le 20 mai 2016
Campus Berges du Rhône

Midi-conférence organisé par l'équipe d'accueil Droit, Contrat, Territoires (DCT)


Intervention de Tarsis Barreto Oliveira, avocat brésilien, Docteur en Droit Public par l'Université Féderal de Bahia, Professeur de Droit Pénal et Coordinateur du Programme de Master en Droit de L'Homme de l'Université Fédéral de Tocantins (Brésil).

Le système carcéral brésilien est l’un des plus violents de la planète. Le Brésil a la quatrième population carcérale la plus importante au monde, après les États-Unis, la Chine et la Russie, selon le Centre international d'études pénitentiaires. Selon le rapport d'Amnesty International, surpopulation extrême, conditions de vie dégradantes, cas de tortures et violences demeurent des problèmes endémiques aux centres pénitenciers brésiliens. Historiquement, le système judiciaire et de sécurité publique du Brésil a toujours été caractérisé par un niveau élevé d’impunité, d’inefficacité et de violences policières, ainsi que par des prisons dangereuses. 
« Les conditions de vie dans les prisons pour adultes au Brésil sont dignes du Moyen Âge. Enfermer adultes et mineurs dans les mêmes prisons serait catastrophique, et exposerait les jeunes au danger dans un système carcéral surpeuplé et insuffisamment doté, où sont recensés de nombreux abus, des conditions inhumaines et des actes de torture. » - Atila Roque, directeur exécutif d’Amnesty International Brésil.

Informations pratiques

Date(s) et lieu(x)
Le 20 mai 2016
De 12:15 à 14:00