Publié le 9 avril 2021 Mis à jour le 4 mai 2021
le 3 mai 2021

Asli Demirel, chargée de recouvrement amiable au sein du groupe BNP Paribas, ancienne étudiante de la Licence professionnelle Droit, procédures et métiers du contentieux a répondu à nos questions.


Quel est votre cursus ?

Après l’obtention d’un baccalauréat économique et social, j’ai effectué une licence en Information-Communication, à l’Université Lumière Lyon 2. Je me questionnais souvent sur le fonctionnement de notre société et notamment sur la communication à laquelle nous sommes confrontés quotidiennement à travers la publicité, ainsi que le traitement et la diffusion de l’information par les médias.
Tout au long de ma licence en Information et communication, j’ai relevé beaucoup de similitudes entre le journalisme et le droit, notamment à travers l’importance de la qualité de la rédaction, ou encore de la recherche d’information relative aux évolutions. En troisième année de licence, malgré le fait que j’aimais les enseignements fournis, je sentais qu’elle ne me serait toutefois pas source d’épanouissement personnel sur le long terme. Ainsi, après l’obtention de ma licence, j’ai décidé de me réorienter en droit car le droit me semblait en parfait accord avec ma personnalité. À la fin de ma deuxième année en licence de Droit à l’Université Lumière Lyon 2, au cours de laquelle j’ai développé un intérêt pour le contentieux, pour les techniques de conciliation et de négociation ainsi que pour la procédure civile, j’ai décidé d’effectuer une licence professionnelle en procédures et métiers du contentieux.


Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Ce métier ambitieux a attiré mon attention car d’après moi, il est sujet à de nombreux défis. En effet, c’est un métier qui nécessite de gérer ses émotions car nous sommes confrontés quotidiennement à des situations diverses et variées, des interlocuteurs différents les uns des autres. Je pense avoir trouvé le métier en parfait accord avec ma personnalité et mes valeurs personnelles car ma capacité à faire preuve d’empathie et ma détermination me permettent d’apporter des solutions concrètes. C’est d’ailleurs cet aspect de mon métier que j’aime le plus, le fait de me sentir utile, et de pouvoir aider.

En quoi consiste votre travail ?

Mon travail consiste à recouvrir les impayés des clients de la BNP Paribas Personal Finance, ayant contracté un ou plusieurs prêts qui présentent des retards de règlement depuis trois ou quatre mois.

À quoi ressemble une journée type ?

Mes horaires de travail sont de 10 heures à 19 heures. J’ai un listing de client à relancer sur deux générations : ceux ayant cumulé trois mois d’impayés, et ceux ayant cumulé quatre mois d’impayés. En fonction des instructions de mon manager, je relance telle ou telle génération sur une plage horaire précise. Tout au long de la journée, je relance les clients par téléphone principalement, et avec un peu de chance, lorsque j’arrive à les joindre, dans un premier je tente de comprendre pourquoi ils sont en retard de règlement, puis j’entame une phase de négociation afin de parvenir à les faire payer en leur proposant des solutions.


Quelles compétences avez-vous acquises pendant votre cursus ?

Pendant ma formation en information et communication, j’ai acquis de bonnes capacités rédactionnelles, un esprit de synthèse et une bonne maîtrise des outils informatiques, compétences qui m’ont été d’une grande utilité pendant ma licence en droit. Lors de ma licence professionnelle en droit, procédures et métiers du contentieux, j’ai eu l’opportunité d’étudier tous les aspects de la procédure civile, les méthodes de recouvrement des créances et notamment les modes alternatifs de règlement des litiges, matière qui m’intéressait particulièrement car le fait de pouvoir régler des litiges tout en respectant l’intérêt des parties et de jouer le rôle de conciliateur étaient des aspects que j’appréciais. Ma formation m’a également permis de découvrir le métier d’Huissier de justice notamment grâce à différents intervenants qui exerçaient le métier, ainsi qu’un stage de fin d’année d’une durée de trois mois qui m’a permis de découvrir tous les aspects du métier.
Ma formation au sein de la faculté m’a donc permis d’acquérir des compétences concernant le traitement et la gestion de dossiers contentieux et surtout de définir la procédure à mettre en œuvre pour recouvrir une créance. En tant que chargée de recouvrement amiable, savoir ce que les clients encourent une fois le dossier transmis au contentieux me permet d’avoir des arguments à mettre en œuvre lors de ma phase de négociation. En effet, je parviens à recouvrir les créances de manière amiable en expliquant aux clients les procédures auxquelles ils peuvent être sujets s’ils refusent de régler.

Quels sont les savoir être et savoir-faire nécessaires à l'exercice de votre métier ?

Je pense qu’il faut tout d’abord aimer le contact avec les gens, car nous sommes constamment en relation avec nos clients. Selon moi, principalement, les trois qualités nécessaires au chargé de recouvrement sont l’empathie, la diplomatie et la fermeté.


Quels conseils donneriez-vous à des futur.es étudiant.es ?

Toujours persévérer et ne rien lâcher !

Les études peuvent paraître comme un long tunnel sans fin mais c’est une belle aventure qui mérite d’être vécue, et je peux vous garantir que l’effort en vaut la peine !

Quel est votre salaire ?

Environ 25K brut.


 

Informations pratiques

Date(s)

le 3 mai 2021